Saint-Vincent de Paul, Rixensart vous remercie

Lors de l’offrande au cours d’un service commun entre les Paroisses Orthodoxe, Catholique et Protestante dans le cadre de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens le dimanche 21 janvier , la Société de Saint-Vincent de Paul Rixensart a   reçu  357.66 €  en faveur des précarisés dont SVP s’occupe.

Voici les plus vifs remerciements de son Président.

« En tant que représentant de Saint Vincent de Paul à Rixensart, je ne viens pas, cette fois-ci, vous demander de l’argent mais bien vous remercier d’aider 115 familles, parmi les plus démunies de la commune, par votre contribution financière.

Votre générosité fait chaud au cœur, et cet apport d’argent vient à point.

Sachez que tous ces dons embellissent systématiquement les colis que nous préparons et distribuons une fois par semaine à la boutique Saint-Vincent de Paul, rue de la Gare,21 à Rixensart.

Je profite de l’occasion pour vous inviter à pousser la porte de notre magasin de seconde main et y venir chiner.

Encore un grand merci.

Jean-Luc Gandibleux, Président  »

Société de Saint-Vincent de Paul

Rixensart

(horaires d’ouverture du magasin : mardi, jeudi, samedi, de 10 à 12h00 et de 14 à 17h00)

Compte : BE88 0015 1591 0441 rue de la Gare, 21

Tél : 02 653 55 08 1330 Rixensart

Courriel : jeanlucgandibleux@gmail.com

 

 

 

HOMELIE DE LA SEMAINE POUR L’UNITE DES CHRETIENS

Voilà sans doute un des messages le plus important de l’Evangile, et ce message s’adresse à chacun de nous. Je pense que tout chrétien, devrait savoir par cœur ce beau texte ; et ne pas se contenter de le savoir par cœur, mais en faire le noyau central de sa vie.

La première chose qui me frappe, c’est qu’au dernier jour, il n’y aura qu’un seul critère de séparation entre les hommes : l’amour des « petits », l’amour des autres. Toutes nos divisions humaines, toutes ces barrières que nous avons élevées entre nous seront d’un seul coup abolies.

Il n’y aura plus de distinction entre catholiques, protestants, orthodoxes, anglicans, juifs, musulmans, bouddhistes, hindouistes, les membres de la laïcité, ni même entre croyants et incroyants. Il n’y aura plus de distinctions entre hommes de droite ou hommes de gauche, entre riches et pauvres, entre noirs et blancs. Tout cela sera aboli. Il restera une seule séparation : ceux qui ont appris à aimer leurs frères et ceux qui ne l’ont pas fait.

Nous ne serons pas jugés sur notre pratique religieuse, ni sur la qualité de notre foi, ni sur l’intensité de notre prière. Nous ne serons jugés, jaugés que sur l’amour. Et même pas sur l’amour de Dieu : uniquement sur l’amour de nos frères et sœurs.

Voilà bien une bonne nouvelle, qui concerne l’humanité entière. L’humanité ne peut être sauvée, libérée que par l’amour et non par une quelconque appartenance religieuse. Vous remarquez avec moi que c’est un message qui dépasse largement le cadre d’une religion : c’est un message proprement universel. C’est là le cœur de nos prières et nos efforts pour l’unité des chrétiens.

C’est pourquoi, dans ce tableau que Jésus nous peint de l’humanité, il nous appelle à faire preuve d’initiative concrète. « J’ai eu faim », nous dit-il. Mais il n’y a pas que les faims de nourriture. Il y a d’autres faims : La faim d’être aimé, d’être reconnu, la faim d’être accueilli et de ne plus se sentir comme un étranger. Le désir d’être considéré par les autres comme un homme et comme un frère. La faim de justice, la faim de paix, la faim de travail, pour tant de demandeurs d’emplois. Ce sont les faims de nos contemporains. Allons-nous fermer nos yeux et nos oreilles ? « J’ai eu faim. M’avez-vous donné à manger ? »

Il y a des étrangers parmi nous. Certes, nous le savons bien. Et il faut nous interroger sur nos manières d’être et de penser, sur la qualité de notre accueil : disciples de Jésus, savons-nous reconnaître en tout étranger le visage de Jésus ? C’est difficile.

Il y a aussi de ceux qui sont étrangers par rapport à notre foi catholique. Nos concitoyens qui ne sont pas catholiques, sont étrangers pour nous parce qu’ils prient autrement que nous. Ils ont droit au respect, à l’accueil. Faut-il les considérer comme nos ennemis, seulement parce qu’ils ne sont pas catholiques ?

Dieu a établi notre dignité en Christ et a fait de nous des citoyens de son royaume, non pas parce que nous avons fait quoi que ce soit pour le mériter ; mais parce que dans son amour, il nous en fait don gratuitement. Nous sommes appelés à agir de même librement et encouragés par l’amour. L’amour chrétien signifie aimer comme le Père, c’est-à-dire reconnaître la dignité de l’autre et lui donner dignité, et par là même contribuer à la guérison des blessures de la famille humaine.

Des prisonniers, il n’y en a pas que dans les prisons. Il y a aussi tous ceux qui sont enfermés, hais, déconsidérés, instrumentalisés, éliminés à cause de leurs idées ou de leur foi, parce qu’ils ont voulu rester des hommes libres et fidèles, parce qu’ils appartiennent à telle religion. Bref, le Christ nous invite à faire preuve d’imagination, pour être de ceux qui libèrent, par l’attention et l’amour qu’ils portent à leurs frères et sœurs en humanité.

Autre remarque : le Christ est INCOGNITO sur cette terre. Vous l’avez entendu : les justes comme les mauvais lui diront : « Mais, nous ne t’avons pas reconnu ! » Les justes s’en étonneront. Pour les mauvais, ce sera peut-être une excuse. Il y a parfois dans nos vies des aveuglements qui sont de bons prétextes. On ne voit pas ce qu’on ne veut pas voir.

Rappelons-nous simplement : le Christ est incognito dans la vie du monde d’aujourd’hui. Nous savons bien le reconnaître présent dans l’Eucharistie à laquelle nous participons chaque dimanche. Il faut apprendre à le reconnaître tout autant dans les « petits » que nous côtoyons, et qui croient en Dieu dans d’autres religions du monde.

Pour me faire bien comprendre, je voudrais prendre une image empruntée au langage cinématographique. Vous avez tous, un jour, regardé un western. Ça bouge, ça remue, ça galope, il y a des coups de feu… et voilà que, sur l’écran, paraît, avec le mot « Fin », une dernière image : le héros se fige…

Eh bien, c’est cela, le jugement. Nous vivons, nous avons des tas d’activités, bonnes ou mauvaises. Un jour, on écrira le mot « Fin » et, d’un seul coup, notre image sera figée pour l’éternité. Sera-ce l’image de celui qui a appris à aimer ? Ou l’image de celui qui a fermé ses yeux, ses oreilles, son cœur, à l’appel des « petits » et de ceux qui ne prient pas avec lui ?

« Au soir de cette vie, nous dit Saint Jean de la Croix, tu seras examiné sur l’amour. » Cet après-midi, Jésus souhaite que nous le rendions visite. Il est dans nos frères et sœurs orthodoxes, anglicans et protestants. Il nous dit : « Je suis universel ». Viens me rendre visite ailleurs où je me manifeste autrement que chez les catholiques.

Tchuma Kagoma

Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens : vos rendez-vous incontournables

La Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens
du 18 au 25 janvier 2018

Le Seigneur est ma force et ma louange. Il est mon libérateur (EXODE 15, 2)

Voici les rencontres prévues dans notre région :

Dimanche 21 janvier visite et rencontre à

15h à la chapelle orthodoxe (Chemin du Gros Tienne 15, Ohain)

16h à l’église de Bourgeois (Place Card. Mercier, Rixensart)

17h au temple protestant de Rixensart (Rue Haute 26A, Rixensart)

Mercredi 24 janvier à 20h conférence de l’abbé Alain de MAERE (l’Arménie) au Monastère Saint-André de Clerlande (Allée de Clerlande 1, 1340 Ottignies)

Jeudi 25 janvier à 20h Soirée « SPES » louange chantée avec Grégory Turpin à l’église Saint Nicolas (Place Albert 1er à 1310 La Hulpe)

Renseignements

  • Pour le doyenné : abbé Christophe Kolendo : 02/633 10 78
  • Pour la communauté protestante : Yolande C. Bolsenbroek – 016/25 80 31 ou 0478 99 89 33
  • Pour la communauté orthodoxe : Père Evangelos PSALLAS – 0473 32 88 34

Affiche semaine unité 2018

Noël, solidarité et espérance

 

Fête chrétienne, Noël se célèbre et se pare de mille facettes, reflets de l’unité et de la diversité des peuples. Fête de la foi, réalisation des promesses, elle s’enracine dans l’histoire de l’alliance entre Dieu et son peuple. Fête de la communion et de la révélation, elle rappelle la démarche d’amour et de salut du Dieu invisible, prenant corps parmi les hommes.

Assumant leur condition et leur histoire pour leur offrir la chance d’accéder à sa vie et à sa gloire, Dieu les guide dans leur quête de bonheur et d’éternité.

 Fête de la naissance, Noël nous enracine dans le présent et nous ouvre aux promesses d’avenir. Dans sa dépendance et sa fragilité, chaque nouveau-né attire la sympathie, mobilise les énergies, développe en chacun ingéniosité et amour pour sa protection. Se trouver autour d’un enfant, se réjouir de sa venue suscitent en même temps le désir de lui offrir le meilleur pour l’aider à vivre et à grandir.

 Fête de la foi, Noël rappelle l’engagement de Dieu pour l’humanité. Par la naissance de son Fils, Dieu consacre chaque famille comme lieu d’amour et d’épanouissement. Fêter Noël en famille, c’est vivre et partager la communion avec Dieu et entre les hommes. Noël peut être ainsi un temps de retrouvailles et de restructuration pour les familles dispersées ou éclatées, un temps de renforcement de la solidarité et de partage des valeurs, un moment propice pour élaborer des projets de vie dans lesquels on s’investit pour grandir.

 Dans notre course à la consommation, ne risquons-nous pas de passer à côté de l’essentiel : solidarité entre les hommes, engagement et promesse d’avenir avec Dieu ?

Joyeux Noël à toutes et à tous !

Abbé Tchuma Kagoma

Heureux temps de Noël et Heureuse année 2018

À tous les paroissiens de l’Unité pastorale

de Bourgeois – Genval – Rosières 

Joyeux Noël ! Vrolijk kerstfeest ! Frohe Weihnachten ! Merry Christmas ! Buon Natale ! Wesołych Świąt ! Feliz Natal ! Feliz Navidad ! Kuzaliwa njema ya bwana Yesu ! Mbotama elamu ya Yezu Kristu !……

Il y a plus de deux mille ans, Jésus est venu à nous, engendré de la Vierge Marie. Il s’est fait l’un de nous pour nous sauver. Cette naissance de Dieu parmi les hommes, cette incarnation, a pour conséquence géniale qu’elle vient donner à notre propre vie une consistance toute particulière, un poids infini : notre vie terrestre n’est plus, comme on nous l’a longtemps fait croire, une existence secondaire, une vie au rabais, mais, grâce à Noël notre vie ici-bas reçoit une dimension infinie, une valeur incommensurable puisque Dieu lui-même a choisi de la vivre avec nous. Notre vie devient un lieu théo-logique !  Oui, désormais nous savons que c’est dans notre vie toute humaine, terre à terre, même avec ses laideurs, ses ratés, que nous pouvons rencontrer Dieu et faire naître Jésus en nous et autour de nous, afin d’être source d’amour, de joie, de paix, de bonne santé, de longévité et d’espérance pour les autres. C’est le plus beau cadeau qui nous est fait. Si nous comprenions enfin que Dieu est vraiment parmi nous, pauvre parmi les pauvres, cette nouvelle devrait bouleverser notre vie, nous aider à réagir, à nous engager car Dieu nous montre qu’il a réellement besoin de nous, de notre attention, de notre aide, de notre amour. Que tout au long de cette année nouvelle qui va commencer, nous devenions des engendreurs de Jésus dans notre monde contemporains.

JOYEUX NOEL ET HEUREUSE ANNEE 2018

Abbé Tchuma Kagoma