Les confessions chrétiennes de Rixensart et la Hulpe réfléchissent ensemble sur l’unité des chrétiens

 

Plus d’une centaine d’orthodoxes, protestants, et catholiques issus des églises de la région se sont unis ensemble le dimanche le 21 janvier 2018 à l’occasion de l’Unité des chrétiens. 

« Le Seigneur est ma force et ma louange.

Il est mon libérateur (Exode15, 2). »

Tel est le message véhiculé par les chrétiens qui ont participé à ce moment fort dans ces trois églises chrétiennes.

La prière pour l’Unité des chrétiens est depuis longtemps une préoccupation des Eglises. Le Christ lui-même nous a enseigné l’Amour et l’Unité des enfants de Dieu.

Le mouvement œcuménique date de 1908. Le premier défenseur de cette unité fut un prêtre épiscopalien américain, Paul WATTSON. Ce dernier créa une communauté religieuse franciscaine au sein de l’Eglise anglicane américaine. L’Unité des chrétiens, telle que Paul Wattson l’envisageait, signifiait alors l’unité au siège romain.

C’est au cours des années 1930 que la prière pour l’Unité gagna du terrain au sein de l’Eglise catholique et des communautés anglicanes favorables à un rapprochement avec Rome.

C’est en fait l’abbé lyonnais Paul COUTURIER qui parla en premier de la semaine de prière pour l’Unité au sein des églises chrétiennes.

Plusieurs travaux scientifiques et bien des philosophes se sont préoccupés de la tolérance, de l’amour et surtout de l’Unité des chrétiens. Le grand philosophe indien Sri Aurobindo appelait l’Unité des chrétiens « l’idéal de l’unité humaine ».

Ceci étant dit, le dialogue interreligieux est primordial pour refuser ce qui nous divise. Le lyonnais, Paul COUTURIER (1881-1953) fut le second penseur du mouvement œcuménique. C’était en 1923. On lui demanda d’aider les réfugiés ayant fui la révolution Russe de 1917. Il découvrit le christianisme orthodoxe et son riche héritage spirituel. Il prit sa retraite en 1932 chez les bénédictins d’Amay/Meuse en Belgique. Là, il découvrit deux précurseurs de l’œcuménisme: le Cardinal Mercier, initiateur des « Conversations de Malines », avec les Anglicans Dom Lambert Beauduin. Ce dernier fut le fondateur du Monastère œcuménique de Chevetogne. Il fit deux voyages lui permettant de développer son ouverture œcuménique avec la découverte de l’Anglicanisme et profita aussi de cette opportunité pour susciter des débats avec le Frère Roger Schutz, fondateur de Taizé.

Depuis lors, les chrétiens de toutes confessions confondues sont invités à se remémorer la prière de Jésus Christ à ses disciples :

« Pour que tous soient Un afin que le monde croie (Jean 12, 21) ».

Les chrétiens issus de l’Eglise catholique, protestante et orthodoxe de la région ont effectué ce dimanche une visite des différents lieux de prière.

Ils se sont tout d’abord rendus dans la chapelle orthodoxe située 55, Chemin du Gros Tienne à Ohain. Ils ont été chaleureusement accueillis par leurs frères de l’Eglise orthodoxe. Le père Evangelos PSALLAS, prêtre orthodoxe de cette nouvelle Paroisse – dédiée à Sainte Irène et Saint Païsios l’Athonite – a expliqué avec enthousiasme que les Eglises chrétiennes ont déjà réalisé depuis 50 ans  un progrès  considérable car les chrétiens  issus de confessions  différentes se rassemblent et s’unissent pour témoigner de la Bonne Nouvelle de notre Sauveur Jésus Christ. 

« L’Unité des chrétiens a toujours fait partie des objectifs  de l’Eglise orthodoxe car nous prions à chaque  office pour progresser dans la voie de l’Unité. » témoigne  le prêtre  orthodoxe. D’après lui, cette semaine d’Unité des chrétiens ne devrait pas durer une semaine mais plutôt toute une année. « Il faut oublier l’histoire qui nous divise pour s’unir ensemble. On ne peut pas se dire chrétien et accepter cet état de division. »

Après la visite de l’Eglise orthodoxe, tous les chrétiens se sont dirigés vers l’Eglise catholique de Bourgeois située place Cardinal Mercier à Rixensart. Cette visite avait pour but de découvrir et de discuter à propos du chemin et des progrès réalisés par l’Eglise romaine. Plusieurs chrétiens de cette Eglise reconnaissent unanimement qu’il y a bon espoir de construire l’Unité des chrétiens. Le prêtre catholique Etienne Tchamulubanda constate qu’il y a progrès vers l’Unité des chrétiens  car nous sommes unis  et discutons de la Bonne Nouvelle ensemble. Néanmoins, il ajoute qu’il faudra cheminer ensemble pour tendre vers l’Unité et la communion partagée.

Mme Françoise Hertsens (Unité pastorale de Bourgeois, Genval, Rosières) nous dit être « optimiste sur l’Unité des chrétiens car les chrétiens provenant de l’Eglise orthodoxe, protestante et catholique se rassemblent, prient et prennent ensemble un verre d’amitié. »

Après la visite de l’Eglise Catholique de Bourgeois, les chrétiens des trois confessions se sont rassemblés au Temple protestant de Rixensart, situé rue Haute 26A. Ils ont été chaleureusement accueillis par les sœurs et frères protestants. Le prêtre catholique Tchuma Kagoma (Curé de Saint-Pierre à Genval) et la Pasteure Yolande Bolsenbroek ont concélébré ensemble.

N’est-ce pas là une représentation de l’Unité des chrétiens issus d’un même Père ?

les rêves de Paul Wattson et de l’abbé Paul Couturier ont-ils été atteints et réalisés ainsi que ceux de tous les protestants qui ont aussi joué un grand rôle dans le mouvement œcuménique (Visser ‘t Hoofd- Conseils œcuméniques des Eglises (COE) ?

Cette Unité des enfants de Dieu a été aussi soutenue par le protestant Jean de STEXHE au cours de son message au Temple protestant « Je crois que l’éventail des expressions culturelles de notre foi commune  traduit avec bonheur la complémentarité de nos confessions chrétiennes qui font  ensemble ce que Luther  appelait l’Eglise invincible. Déjà esquissée par Saint Augustin, cette manière de considérer la communion des croyants au-delà des apparences  humaines, voit  dans l’Eglise invincible le corps mystique du Christ. »

Pour la Pasteure Yolande Bolsenbroek, l’Unité des chrétiens doit encore faire des progrès considérables. Elle montre l’exemple des confessions chrétiennes de différentes appartenances se rassemblant dans la joie. Cette dernière prouve la soif de s’unir et de partager la Bonne Nouvelle ensemble. « J’ai confiance en un avenir meilleur de notre Unité chrétienne. N’est-ce pas l’appel de Dieu ? Et son rêve! Alors qui sommes-nous d’en douter ? Bien sûr il faut du temps et il y aura du chemin à faire, mais l’Unité des Eglises sera possible un jour, et espérons qu’un jour nous puissions communier ensemble.  » Et la Pasteure Yolande a suggéré, en accord avec les prêtres catholiques, trois propositions pour que l’Unité puisse se concrétiser : 

  • trouver des moments pour se rencontrer;

  • organiser une étude biblique ensemble et choisir un thème à réfléchir;

  • et enfin partager autour d’un verre et d’un repas convivial ensemble.

L’Eglise Catholique s’est aussi mobilisée en cette semaine d’Unité pour prêcher plus particulièrement l’Unité des chrétiens. Ainsi, au cours de cette  semaine, le prêtre Vincent della FAILLE, Curé de la paroisse de La Hulpe,  est revenu sans cesse sur l’esprit d’amour, de tolérance, de fraternité et de paix en tant qu’enfants du même Père. Au cours de la messe du soir célébrée par l’Abbé Vincent lundi 22 janvier 2018, il nous a posé des questions : comment construire l’Unité des chrétiens ?, pourquoi et combien de morts au Nom de Dieu, combien de guerres au Nom de Dieu…. Et son message s’est focalisé sur l’Unité  des enfants de Dieu « reconnaître l’esprit d’amour de Dieu qui nous unit au lieu de nous diviser, le pouvoir  d’être artisan de paix et d’Unité »

Et moi, qu’ est-ce je fais pour que  le Corps du Christ  reste uni ? Voilà l’interrogation suscitée par le Curé Vincent au cours de la célébration de messe du mardi le 23 janvier 2018. Nous rappelons que nous formons une même famille du même Père (le Christ ressuscité d’entre les morts). Ainsi, nous devons éviter tout ce qui nous sépare car ce qui nous unit dépasse de loin ce qui nous sépare. Son enseignement se cristallise sur l’AMOUR du prochain.

Depuis plus de dix ans, quelques chrétiens issus des églises catholiques, protestantes et anglicanes ont créé une équipe œcuménique   pour réfléchir ensemble. 

Paul SPIES, membre de l’équipe œcuménique (Paroisse de Saint-Pierre à Genval) nous apprend qu’il s’agit d’un groupe de réflexion œuvrant pour que les différentes communautés chrétiennes puissent mieux se connaître et se rapprocher. Les mentalités pourront alors évoluer et l’on sortira des caricatures qui nous isolent.

Cette équipe œcuménique essaie de donner chaque année plus de sens à la prière des chrétiens dans l’Unité. « Nous comprenons difficilement pourquoi les chrétiens de différentes confessions ne peuvent pas communier et se retrouver autour d’une même table dans le respect les uns des autres. Nous voudrions un esprit d’ouverture et surtout se reconnaître et s’apprécier mutuellement dans nos diversités. » ajoute Paul SPIES.

 

Jean Paul HABIMANA, Journaliste indépendant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s